Aller au contenu principal

À la surface d’une eau dormante, le reflet du ciel que filtrent des feuillages donne la sensation, par un très léger vertige, d’être passé au-delà du miroir, tandis qu’à l’orée d’une forêt, mouchetant la grille d’ombre fermée par les écorces, un vif étincellement semble trahir l’existence d’un arrière-monde secret. Jouant en virtuose du flou et de la profondeur de champ, Valérie Gaillard révèle avec ses images la part d’étrangeté que recèlent des paysages naturels. Le mot « apax », qu’elle a choisi pour titre, désigne un événement inédit et qui ne se répétera pas. Sa forêt est celle que hantent les contes. Quand il était une fois. Une fois seulement. 

•Vernissage samedi 25 janvier à 11h 

•Visites commentées et ateliers sur rendez-vous (au 04 76 29 80 59) les mercredis après-midi et tous les jours pendant les vacances scolaires.